Thirot: Habay puis la B (Vers l’Avenir)

Comme d’autres joueurs de D2 ou D3 amateurs, à Aische, Brandon Thirot a profité de l’équipe B pour se relancer.

Une équipe B, ça peut aussi servir à se refaire une santé. Brandon Thirot peut le confirmer. Blessé lors du premier match de championnat de D3 à Habay, le transfert aischois venu de Wépion n’a pas tardé à retrouver ses marques. Titulaire dimanche dernier face à Ligny en P2, il a planté deux buts en moins de dix minutes pour offrir la victoire à ses couleurs. «Il m’a fallu une mi-temps pour me remettre dans le coup, avoue le citoyen de Floreffe. Au niveau du rythme, c’était tout sauf évident, surtout dans un match difficile». En P2, le double buteur a été impressionné par le jusqu’au-boutisme de son équipe. « Ils se sont arrachés sur chaque ballon, c’est impressionnant, insiste Brandon. Et je ne m’attendais pas à un tel niveau. Je marque deux buts mais ce sont mes coéquipiers qui ont fait tout le travail. Ça me fait rire quand j’entends qu’il a fallu un joueur de D3 pour faire la différence. Je ne joue pas tout seul».

«J’ai déjà donné»

De retour à l’entraînement depuis un peu plus de deux semaines, le joueur de 23 ans a connu un début de saison frustrant au stade René Bertrand. Arrivé de P1, il s’est tout de suite bien intégré. «Je sortais d’une toute bonne préparation, confirmée par ma titularisation à Habay, explique Brandon. Puis après une heure de jeu, le genou a lâché (distension du ligament latéral externe). Pour un nouveau, c’est difficile à avaler.» Surtout que ce n’est pas la première fois que Brandon est freiné par une blessure. «Le genou gauche, j’ai déjà donné, rappelle-t-il. À Tamines, j’ai eu les croisés. Avec l’opération plus les complications, je n’ai pas joué pendant 1,5 an. J’ai déjà eu trois entorses côté gauche. J’ai donc pris toutes mes précautions pour revenir prudemment. Pour ça, la P2, c’est idéal comme reprise. »

À l’aise dans son nouvel environnement aischois, Brandon est conscient qu’il va falloir (re)gagner sa place au sein d’une équipe compétitive. Ça ne lui fait pas peur. « J’ai bien fait de rejoindre ce club, c’est le choix parfait. Aische est un club de provinciale en nationale. La concurrence est rude mais on s’entend tous très bien. Ma chance reviendra. Back gauche ou flanc gauche, peu importe, je jouerai où le coach a besoin de moi. Il sait que je peux défendre mais aussi marquer des buts».

De retour de blessure, Brandon veut monter en puissance: «Les débuts n’ont pas été simples mais quand le noyau sera au complet et que la confiance reviendra, ça va faire mal. » Un message qui s’applique à toute son équipe, finalement.