Aische: tout faire pour garder l’envie (Vers l’Avenir)

Les U11 de Aische ne sont pas à leur place en régionaux, la faute aux différentes réformes. Comment continuer à progresser?

Les différentes réformes successives réalisées dans le paysage footballistique ne font pas que des heureux. Aische fait partie de ceux-là puisque le club, bien que labellisé 2 étoiles, ne se trouve pas en ordre utile au ranking pour aligner des provinciaux et doit se résoudre à adapter sa formation et à faire preuve d’imagination pour que ses joueurs puissent continuer à progresser.

L’exemple de l’équipe U11 est éloquent à ce sujet. Trop souvent, elle surclasse ses adversaires en championnat, ce qui oblige le coach, Nicolas Pirard, à chercher et à organiser des matchs contre des formations ayant un niveau de jeu plus relevé. Quelques rencontres ont été ainsi organisées contre des inter-provinciaux et, en coupe de Belgique, l’équipe a atteint les 1/8es de finale pour y être éliminée par Coutrai.

«J’ai la chance d’entraîner ce groupe depuis les U7, précise Nico. Ceux qui ont rejoint le groupe depuis ont affiché la même mentalité. Les 12 joueurs savent qu’ils vont s’amuser ensemble et ont accepté l’exigence que je mets pour les matchs et les entraînements.»

C’est une véritable osmose qui s’est même installée et celle-ci se traduit aussi auprès des parents. Dans cette équipe, la valeur-clé, c’est la confiance. Chacun y joue son rôle et le plaisir qui s’en dégage est immédiat.

«Le grand acquis de cette saison, c’est que les joueurs ne lâchent rien et se donnent à fond durant l’entièreté du match. Avant, il y avait parfois un laisser-aller lorsque le score était acquis après une demi-heure de jeu. Maintenant, les joueurs veulent se faire plaisir et continuent à s’exprimer pleinement.»

Le gardien comme premier attaquant

Le plus impressionnant, ce sont les nombreux automatismes qui se dessinent: dans les phases arrêtées, dans les appels de balle pour le porteur du ballon ou encore dans le repositionnement en situation de reconversion défensive. Des joueurs qui n’hésitent pas non plus à jouer avec leur gardien. «C’est le fruit de leur assiduité aux entraînements où nous travaillons beaucoup la circulation du ballon par des formes de match variées. Chaque joueur n’est pas figé à un poste mais connaît les rôles attendus dans chaque position. Le secret? C’est aussi la répétition.»

Le défi sera de pouvoir continuer leur progression en jouant face à des adversaires plus huppés. «Les joueurs sont en confiance et osent faire des gestes, notamment dans le 1 contre 1».